Alexandre Vanhoute (DLF) : « Toute politique doit être faite par et pour le peuple ! »

0
1 665 vues

alexandre vanhoute

Le Forum du Patriotisme Social a réalisé un entretien avec Alexandre Vanhoute, militant et Vice-président des jeunes de Debout la France, mouvement politique présidé par Nicolas Dupont-Aignan.

Forum du Patriotisme Social : Pouvez-vous vous présenter ?

Alexandre Vanhoute : Je me prénomme Alexandre Vanhoute, je suis né à Lille et je vis actuellement à Paris. J’ai un parcours un peu atypique mais qui au final prouve mon engagement citoyen (pompier volontaire pendant 3 ans et 1 an au sein de l’armée de terre). J’ai aussi fait ce que l’on appelle des « petits boulots » pour vivre. J’ai repris mes études depuis 3 ans et actuellement je suis étudiant en alternance dans le domaine des Ressources Humaines. Ce domaine me passionne car il est complexe il faut pouvoir mettre en accord certaines attentes des salariés avec la compétitivité de l’entreprise.

Au niveau politique je suis actuellement adhérent de Debout La France. J’ai été nommé Vice-président de Debout les Jeunes, et je suis aussi Délégué Départemental Jeune Adjoint pour Paris.

Politiquement, comment vous vous définissez ?

Je me définis comme un pragmatique, chaque problème a sa solution. Le but de la politique pour moi est de faire consensus tout en gardant un cap qui rassemble le plus de citoyens.

Et bien sûr, quand je parle de cap celui-ci doit être inspiré par la volonté d’avoir une souveraineté nationale qui nous permette d’agir pour notre patrie et nos concitoyens.

Pourquoi avoir rejoint Debout la France, plutôt qu’un autre mouvement patriote ?

Je me suis beaucoup renseigné avant de m’engager, et au final il y a peu de mouvements patriotes, du moins il y en a peu dans ma conception du patriotisme.

DLF était donc le seul choix en accords avec mes principes : souveraineté, lutte contre la corruption, être social sans être démagogique ou promettre des choses qui ne seront pas faites une fois élu.

Si je devais résumer, pour moi DLF « dit ce qu’il fait, et fait ce qu’il dit ! », nous pouvons le constater en regardant comment se portent les localités dirigées par nos élus avec en fer de lance Yerres que Nicolas Dupont Aignan gère depuis longtemps, ses scores aux municipales sont plus parlant qu’un long discours.

Quelles sont vos valeurs ? Et laquelle vous accordez une importance particulière ?

Je suis très attaché à la souveraineté nationale, à la patrie et à la démocratie.

Je ne saurais pas choisir entre ces trois-là.

J’ai des valeurs que l’on pourrait qualifier d’humanistes sans être naïf.

Au final je dirais que mes valeurs pourraient être résumées ainsi : »Toute politique doit être faite par et pour le peuple ! »

Est-ce que la spiritualité joue un rôle particulier dans votre vie quotidienne ou dans votre engagement politique ?

Dans ma vie privée, oui. Dans mon engagement politique et ma vie publique, non surtout quand il s’agit de religion, par contre certaines idées philosophiques peuvent m’inspirer.

Quel est votre avis sur le communautarisme et sur l’identitarisme en France ?

Aujourd’hui, et je le regrette fortement, notre société tend à ressembler au modèle anglo-saxon. Je suis totalement opposé au communautarisme quel qu’il soit, et l’identitarisme est un communautarisme comme un autre.

La seule communauté que je reconnaisse, est la communauté nationale, celle qui fait de nous des Français.

Qu’est-ce que vous évoque la laïcité ?

La laïcité pour moi est un principe indissociable de notre république. Je suis intransigeant là-dessus.

La laïcité est pour moi le droit pour tous de pratiquer le culte qu’il a choisi ou de ne pas pratiquer d’ailleurs. Mais ce droit ne doit en aucun cas se soustraire à la Loi ou être ostentatoire dans ses revendications.

Quelle définition donneriez-vous au patriotisme social ?

Et bien pour moi c’est l’idée même de communauté nationale. Patriote car reconnaissant pour ce que la Patrie nous offre, et social pour la fraternité qu’elle doit nous inspirer.

La France doit-elle quitter l’Union européenne, l’euro et l’OTAN ?

Je pense que l’Euro et l’Union Européenne doivent être réformés, cela devra passer par des négociations avec nos partenaires et si ces négociations sont impossibles il faudra alors prendre les mesures qui s’imposent.

Concernant l’OTAN, je pense qu’il faut en sortir pour 2 raisons. La première est de ne plus défendre une politique qui est dictée par les américains. La seconde est que sans cette sortie, notre poids au niveau international finira par ne plus rien représenter, notre pouvoir diplomatique disparaîtra et nous ne serons plus cette grande Nation qu’est la France.

Pensez-vous que la France à un message universel et spirituel à adresser à l’humanité, particulière dans la période que nous traversons ?

Evidemment ! J’ai eu beaucoup de conversations là-dessus avec des amis mondialistes. Et je leur donne toujours cet argument : le réveil ne se fera pas au niveau mondial il faut toujours un moteur, une locomotive. Et la France doit être ce moteur comme elle l’a fait avec la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789, texte qui inspira bien d’autres nations.

Quel rôle doit jouer la France dans le monde pour agir sur les enjeux planétaires ?

Elle doit être une Nation pacificatrice, nous avons vu les dégâts de la guerre sur notre propre sol, les boucheries et exaction que l’homme peut commettre au nom d’une idéologie ou autre… Ce qui se passe en Ukraine en ce moment par exemple est aberrant, notre action diplomatique consiste à suivre l’Allemagne et à faire monter la tension. Alors que nous devrions essayer de trouver une solution pacifique qui permette à tous les belligérants de s’y retrouver.

De plus, je parlais de Nation pacificatrice mais nous devons aussi avoir les moyens humains et techniques d’intervenir militairement si la situation l’exige. Nous devons être un soutien pour nos amis Africains lorsque ceux-ci nous le demande.

Nous devons aussi aider les pays qui ont un fort flux migratoire à se développer, il n’y a que cette action combiné à un contrôle strict de nos frontières qui permettra d’arrêter tous ces drames humains.

Quelles sont vos références culturelles, politiques, historiques, intellectuelles ou autres ?

J’en ai vraiment beaucoup car en tant que pragmatique je pense qu’il y a du bon partout et forcement du moins bon… Mais j’ai une préférence pour le Général De Gaulle et tous les résistants. Ils sont pour moi une inspiration. Tous ces citoyens, hommes et femmes, menaient une vie paisible avant cette tragédie historique, et ils n’étaient pas forcement d’accords sur tout. Mais ils se sont levés face à l’oppresseur mettant en jeu leur propre sécurité mais aussi celle de leurs familles, avec un but : rendre à notre Nation sa grandeur, son indépendance et sa souveraineté !

Pour conclure, avez-vous un message particulier à faire passer à nos lecteurs, aux citoyens ?

J’aimerais surtout que nos concitoyens comprennent que s’ils ne s’engagent pas en politique ou dans le milieu associatif, rien ne changera ! Il ne sert à rien de se plaindre si nous ne faisons rien pour changer les choses !

Et une dernière chose, l’abstention me désole. Des hommes, des femmes sont morts pour que ce droit nous soit accordé. Pour leur mémoire, pour notre avenir nous nous devons de voter !

Les médias et tout le système politique cherchent à nous enfermer dans un schéma à 2 partis avec un épouvantail qui les fera élire ad vitam æternam.

C’est à nous via nos bulletins de vote de leur prouver que le peuple n’est pas ce qu’ils croient et qu’il est capable de renverser les choses par les urnes en se tournant vers d’autres forces politiques. Elles sont bien présentes dans notre pays et elles feront bientôt grand bruit, j’en suis persuadé et c’est ce qui me fait me battre chaque jour.

AUCUN COMMENTAIRE