Bon 1er mai !

0
879 vues

1er_mai

Tribune de Michel Bonelli

Les partis progressistes en France ont trahi les travailleurs, les précaires et tous les humbles. Aujourd’hui 1er mai c’est la droite extrême qui tient le haut du pavé.

Les socialistes, les communistes, les radicaux, le front de gauche et l’extrême gauche ne sont plus que des pantins, les syndicats embourgeoisés ne représentent plus qu’eux-mêmes.

Les valeurs de la république sont en danger parce que vous élisez depuis plus de quarante ans des tas de merde qui se servent dans nos caisses et monopolisent le pouvoir à leurs fins personnelles.

Les voleurs des familles Chirac ou Balkany… les assassins complices du SAC, milice des gaullistes comme Pasqua… les cyniques et les arrogants comme Mitterrand qui ont détruit l’espoir de ceux qui voulaient vraiment changer le monde.

Partout les financiers gagnent et pillent la nation : bientôt la santé, l’école, l’assurance, la retraite… ne seront plus des acquis sociaux mais des marchés à prendre.

La France est bradée à Bruxelles, inféodée à Washington et ses élites amassent leurs magots dans des paradis fiscaux presque tous colonies de la couronne britannique ou état voyou comme le Luxembourg ou la pourriture Junkers qui en est issue est arrivé à mettre la main sur l’Union européenne.

Les intellectuels ne sont plus que des partouzeurs d’idées brillant de nullité et prêts à vendre enfants, pères et mères pour un peu de notoriété.

Je l’ai souvent dit, ils ont encore tué Jaurès, mais quand je vois des fiottes socialistes qu’on appellent des frondeurs ou la grosse Aubry se rallier à ce salaud de Cambadélis, le monsieur magouille du parti de Blum, nous sommes bien dans une période où nous cons de pauvres allons en baver.

Le Medef a ressorti son fouet pour les serfs en devenir que nous sommes. Et bientôt le patron tâtera sans vergogne le cul de la secrétaire à embaucher.

Sachez que les riches n’ont jamais aidé la classe laborieuse à s’en sortir, ce qui fait que vous avez une vie peut-être encore convenable, c’est les luttes de nos anciens, les combats de ceux qui crevaient dans l’enfer des usines ou dans les boyaux des mines.

Sans sursaut patriotique, sans reprise des hostilités contre tous les Madoff de la planète alors on nous repassera les chaînes de la servitude et les religieux de tous bords nous dirons d’être sages et soumis en attendant le paradis qui nous promettrons après notre mort, après notre vie d’esclave.

N’oubliez jamais que les religieux sont l’autre chaîne qui nous tient à la merci des puissants, l’église, la mosquée, la synagogue, le temple, ça marche avec la banque et l’armée. Ils sont complices avec leurs rituels d’opérettes et leurs livres de mensonge de la violence d’Etat. Ni Dieu, ni maîtres, et bon 1er mai à tous…

AUCUN COMMENTAIRE