Bruno Le Maire : « La France n’est plus une démocratie, c’est une monarchie technocratique »

1
2 159 vues

L’ancien ministre, qui critique la mainmise de la promotion Voltaire de l’ENA, veut «refaire» de la France «une démocratie où chaque citoyen à sa place».

C’est à un véritable éloge de la jeunesse et à une vive critique de la haute fonction publique que s’est livré Bruno Le Maire, mercredi, devant les journalistes de l’Association de la presse parlementaire (AJP). En France «on garde toujours les mêmes, toujours les copains, toujours la même formation qui occupe toujours les mêmes responsabilités», s’inquiète l’ancien ministre de l’Agriculture, lui-même diplomé de l’ENA en 1998.

« Vous voyez bien qu’aujourd’hui le pouvoir est confisqué par les mêmes. Ça ne vous échappe pas que le président de la République vient de la promotion Voltaire de l’ENA, que la ministre de l’Environnement vient de la promotion Voltaire de l’ENA, que le ministre des Finances vient de la promotion Voltaire de l’ENA, que le secrétaire général de l’Elysée vient de la promotion Voltaire de l’ENA », liste alors le député UMP de l’Eure. Tout en se demandant « dans quelle démocratie on accepterait que le pouvoir politique soit confisqué par une seule promotion d’une seule école? » Pour Bruno Le Maire, « la France n’est plus une démocratie, c’est une monarchie technocratique ».

« Ce monde là est mort, fini »

« Quand vous regardez l’histoire, il y a 50 ans, c’était un choix politique de dire: ‘nous allons reconstruire le pays par la haute fonction publique’. Ça a marché pendant un certain temps, reconnaissons-le. Mais ce monde-là, il est mort. Fini, inadapté », juge le parlementaire.

L’ex-challenger de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP estime qu’il « faut quelqu’un pour dire nous allons passer à un autre monde où ce seront les entrepreneurs, les codeurs, les développeurs, tout ceux qui innovent, tous ceux qui investissent qui, cette fois-ci, vont créer des emplois et redresser le pays ». Un rôle qu’il accepte volontiers d’endosser. « Je veux faire passer la France d’un monde à un autre. Un monde où c’était la haute fonction publique qui décidait de tout pour tout le monde à un monde où chaque citoyen devient responsable du succès de la France. Je veux en refaire une démocratie où chaque citoyen à sa place ».

« Toujours trop jeune pour tout »

L’élu de 45 ans regrette qu’en France «on soit toujours trop jeune pour tout». « On n’a jamais assez d’expérience, il faut toujours avoir accumulé les postes, des diplômes, des statuts… », dit-il. Ainsi, Bruno Le Maire veut que « la politique (soit) justement à la pointe, qu’elle montre qu’il y a du renouveau possible, que nous sommes une société qui bouge, qui change, qui fait confiance à ceux qui ont peut-être moins d’expérience mais plus d’envie ».

Ce n’est pas la première fois que Bruno Le Maire prend ses distances avec son prestigieux curriculum vitae. En août, il confiait à l’Express être « un type plus libre et plus original qu’on ne le croit » qui cherche à « aller au plus près des Français » en se débarrassant « d’un langage qui ne correspond pas à la France d’aujourd’hui ».

Source : Le Figaro

1 commentaire