Cantines scolaires : Matthieu Ricard suggère une « alternative végétarienne »

0
1 294 vues

ricard

C’est une réponse concrète au sujet très controversé du menu des cantines scolaires. La semaine dernière, le maire UMP de Chalon-sur-Saône a déclenché une polémique en supprimant le menu de substitution offrant des alternatives sans porc, prohibé par l’islam et le judaïsme.

Une décision condamnée par la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem. Ce vendredi, dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard et d’autres personnalités proposent l’instauration d’un menu alternatif végétarien systématique dans les cantines.

«Que vient faire la laïcité là-dedans ?» s’interrogent l’auteur du vibrant « Plaidoyer pour les animaux » et d’autres personnalités défendant la cause animale et la nature, tel Aymeric Caron, végétarien pratiquant et auteur de « No Steak », l’ancienne députée européenne Europe Ecologie Les Verts Sandrine Bélier, Allain Bougrain-Dubourg, les philosophes Florence Burgat et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer ainsi que l’éditorialiste Franz-Olivier Giesbert. « Plutôt que d’utiliser le porc ou la laïcité pour attiser la haine confessionnelle et diviser les Français, nous proposons une solution simple, défendue par ailleurs depuis longtemps par de nombreuses associations : l’instauration dans les cantines scolaires d’une alternative végétarienne systématique, c’est-à-dire à tous les repas, et pas seulement lorsque du porc est proposé », écrivent-ils.

« Loin d’être dogmatique, notre proposition est avant tout pragmatique », se défendent les signataires de cette tribune, « le repas végétarien est en effet celui qui convient au plus grand nombre – musulmans, juifs, chrétiens, athées ou autres ». Ils envisagent, « pour être tout à fait juste et efficace », d’étendre cette alternative sans viande et sans poisson jusqu’au lait et aux œufs, selon les principes des végétaliens qui dénoncent les conditions « déplorables et barbares, dans lesquelles la plupart des poules pondeuses et des vaches laitières sont maintenues, et l’imbrication de l’industrie laitière et de celle de la viande, puisque pour produire du lait une vache doit avoir un veau, destiné à l’abattoir ».

«Le repas végétarien réunit tout le monde» et constitue la solution la plus simple pour les responsables de cantines. Il permet en outre «de répondre aux convictions de tous ceux, de plus en plus nombreux, qui refusent de manger des animaux pour des raisons éthiques».

A la suite de la décision du maire de Chalon, Nicolas Sarkozy lui avait apporté son soutien. Le président de l’UMP avait été désavoué dans son propre camp par Bruno Le Maire, Christian Estrosi, Henri Guaino, Rachida Dati ou encore Christian Jacob. Ses rivaux Alain Juppé et Françoi Fillon avaient eux aussi pris leurs distances, ainsi que le centriste François Bayrou.

Source : Le Parisien

AUCUN COMMENTAIRE