Démocratie, patrie et république

0
983 vues

5-maximilien-robespierre-granger

Quelle nature de gouvernement peut réaliser ces prodiges ? Le seulgouvernement démocratique ou républicain : ces deux mots sont synonymes,malgré les abus du langage vulgaire ; car l’aristocratie n’est pas plus larépublique que la monarchie. La démocratie n’est pas un état le peuple,continuellement assemblé, règle par luimême toutes les affaires publiques,encore moins celui cent mille fractions du peuple, par des mesures isolées,précipitées et contradictoires, décideraient du sort de la société entière : un tel gouvernement n’a jamais existé, et il ne pourrait exister que pour ramener le peuple au despotisme.

La démocratie est un état le peuple, souverain, guidé par des lois qui sont son ouvrage, fait par luimême tout ce qu’il peut bien faire, et par des délégués tout ce qu’il ne peut faire luimême.

C’est donc dans les principes du gouvernement démocratique que vous devez chercher les règles de votre conduite politique.

Mais, pour fonder et pour consolider parmi nous la démocratie, pour arriver au règne paisible des lois constitutionnelles, il faut terminer la guerre de la liberté contre la tyrannie, et traverser heureusement les orages de la révolution : tel est le but du système révolutionnaire que vous avez organisé.Vous devez donc encore régler votre conduite sur les circonstances orageuses se trouve la république, et le plan de votre administration doit être le résultatde l’esprit du gouvernement révolutionnaire combiné avec les principesgénéraux de la démocratie.

Or, quel est le principe fondamental du gouvernement démocratique ou populaire, c’estàdire le ressort essentiel qui le soutient et qui le fait mouvoir ? C’est la vertu : je parle de la vertu publique, qui opéra tant de prodiges dans la Grèce et dans Rome, et qui doit en produire de bien plus étonnants dans la France républicaine ; de cette vertu qui n’est autre chose que l’amour de la patrie et de ses lois.

Maximilien de Robespierre, 1794.

AUCUN COMMENTAIRE