Tribune de Vivien Viollette-Roy

La polémique suscitée par la dernière affiche de la ‪‎CGT‬, faisant référence aux violences policières en marge du mouvement social ‪Nuit Debout‬, en dit long sur l’état d’esprit en France, et sur le divorce entre le Peuple et ses représentants.

Qu’il y ait des éléments perturbateurs dans les manifestations, cela personne ne le conteste, mais le rôle des forces de l’ordre est d’assurer la sécurité et le bon déroulement des défilés, non pas de tabasser ses participants.

Car dans les personnes blessées, il y a bon nombre de victimes collatérales qui n’ont rien à se reprocher.

Plus largement, on notera la panique d’un gouvernement aux abois, ne sachant pas comment gérer un mouvement social dont la forme semble le dépasser complètement.

S’il y a effectivement divorce entre les français et la Police, entre les manifestants et les forces de l’ordre, entre le Peuple et ses représentants, ce divorce est aux torts exclusifs de ceux qui dirigent l’autorité publique.

Le « système » trouve alors refuge dans la seule option à sa disposition, le recours à la force.

Et nous ne dirons rien de l’opprobre contre un syndicat, dont le rôle est de protéger les travailleurs, au moment même ou l’Etat s’avance contre lui avec une loi inique…

Qui représente le Peuple aujourd’hui ?

Ceux qui envoient contre lui les ‪CRS‬, ou ceux qui se battent pour la défense de ses droits ?

AUCUN COMMENTAIRE