Le manifeste

revolutionDans l’esprit des clubs qui ont surgi partout en France à la veille de la Révolution française, l’époque dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui appelle le même type d’initiative : un bouillonnement intellectuel et militant en marge des partis politiques pour faire émerger de nouvelles idées et de nouvelles personnalités capables de répondre aux défis de la France du XXIème siècle.

Le Forum du patriotisme social a l’ambition d’être ce forum. Avec pour ligne directrice la restauration de la souveraineté populaire et nationale du peuple français et la résistance aux ravages économiques, culturels, et humains provoqués par le libéralisme mondialisé, ce club souhaite faire dialoguer tous ceux qui se reconnaissent dans l’esprit d’un patriotisme social, progressiste et républicain, quelle que soit leur appartenance politique.

A tous ceux qui soutiennent ou qui ont soutenu un mouvement patriotique ou souverainiste, à tous ceux qui, sans jamais s’être engagés en politique, se sentent proches de cette ligne, nous proposons d’échanger leurs points de vue non pas sur les partis ou sur le jeu politique, mais sur les questions concrètes qui se posent à nous.

Nous sommes convaincus que de ce dialogue sortiront des idées neuves, des concepts originaux, des actions inédites.

Les anciens clivages politiques sont aujourd’hui totalement dépassés. Le seul clivage réel actuellement n’oppose pas d’improbables « gauchistes » et d’hypothétiques « droitistes » – ce n’est pas si simple – mais bien plutôt, d’un côté des peuples fiers d’eux-mêmes et jaloux de leurs droits, et de l’autre, une oligarchie internationale de spéculateurs et de privilégiés. D’un côté, les partisans des souverainetés populaires, vrais progressistes, bons patriotes, et de l’autre, le libéralisme mondialisé sous ses différents visages. En plus de sa force de frappe commerciale et financière, ce dernier camp dispose d’une armada d’idéologues largement représentés dans les médias et dans le monde de l’édition, de Guy Sorman à Bernard Henri-Lévy, dont le travail consiste à justifier la stratégie du mondialisme et à détourner l’attention des désastres qu’elle engendre : accroissement des inégalités sociales, catastrophes écologiques, destruction des identités, sabotage des souverainetés populaires et nationales, dérégulation des marchés, dissolution des structures familiales et éducatives, faillite culturelle et déliquescence morale.

Pour se défendre les patriotes sociaux doivent avoir, eux aussi, leur cercle de réflexion. Non, le monde intellectuel en France ne se résume pas au Nouvel Observateur et à Jacques Attali. Il y a aussi quantité d’intelligences certes plus discrètes, mais prêtes à servir l’idéal de la nation.

Ces citoyens courageux et non-conformistes pensent que le cadre national est le seul capable de faire barrage à la mondialisation et à la finance internationale, car ils savent que l’utopie altermondialiste, aussi séduisante puisse t-elle paraître sous certains aspects, n’est pas une voie conséquente, ni réaliste.

Ils savent aussi qu’en défendant la nation française, ce sont toutes les nations du monde attachées à leur liberté qu’ils défendent !

C’est avec une solidarité de cœur et de raison à la fois que nous voyons les peuples du monde, notamment en Amérique du Sud et en Asie, se lever contre le néo-colonialisme étasunien et dire non à l’hégémonie de Washington, de la finance internationale et de l’OTAN.

C’est pour toutes ces raisons que le Forum du Patriotisme Social a vu le jour et qu’ensemble, persuadés que ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise, nous avons entamé ce combat politique, civique et intellectuel novateur et populaire. Nous sommes l’avant-garde de cette aventure progressiste, humaine, républicaine et patriote qui doit redonner un sens à la France mais aussi à aboutir à la victoire du peuple, des travailleurs et de la patrie sociale !