Tribune de Grégory Gennaro

Ah ça y est, ça y est ! Le mouvement citoyen « Nuit Debout » est antidémocratique ! Le vilain peuple ! Il a osé se rebeller face à un puissant ! Le couplet tourne en boucle aujourd’hui à travers les médias et les réseaux sociaux, après la venue agitée de la sainte et toute puissante icone intouchable Finkielkraut.

En réalité, de quoi s’agit-il ?

L’objectif, de plus en plus pressant, du système politico-médiatique est de discréditer coûte que coûte « Nuit Debout ».

Par la présence et l’expulsion du raciste et communautariste Finkielkraut, l’opération médiatique a partiellement fonctionnée. « Nuit Debout » va être pour un court temps sur la défensive et dans la justification. Mais il ne faut rien céder, et surtout pas aux chantages et à la calomnie !

Il n’empêche, qu’accepter Finkielkraut aurait été encore bien plus dommageable pour le mouvement. Pourquoi ? Tout simplement parce que Finkielkraut appartient à cette classe des puissants qui sème la division, la haine et la discorde entre les Français. Le principe même de « Nuit Debout » c’est la démocratie horizontale. Accepter dans ses rangs un puissant (et pas le plus futé) du système politico-médiaque aurait aussi eu des retombées rances dans les journaux du type : « Finkielkraut accepté à « Nuit Debout » : vraie démocratie ou mouvement fascisant ? »

On entend dire que son éviction est un attentat contre la liberté d’expression. Rien que cela ! Où est la liberté et la pluralité de l’expression lorsque l’on entend sur les radios et les émissions de télévisions, mais aussi à travers la presse écrite, la seule voix de la société de la peur et du chaos ? Finkielkraut, dominateur et sûr de lui-même ordonnait à son contradicteur de se taire par ce célèbre «Taisez-vous ! », lors de son passage culte à l’émission Ce soir ou jamais du 18 octobre 2013. Belle preuve de démocratie et de la pluralité d’expression de la part d’un puissant qui se plaint aujourd’hui d’avoir été empêché de s’exprimer à « Nuit Debout »… Le bon foutage de gueule !

Dans le monde médiatique, Finkielkraut est une des voix dominantes : on l’entend baragouiner ses délires et frustrations. Et très franchement, il n’a pas besoin de Nuit Debout pour s’exprimer et les citoyens n’avaient pas besoin de lui pour les éclairer de sa lumière et de son génie… En réalité, sa mission était toute autre, vous l’aurez compris…

Nous n’avons pas besoin de fumistes à Nuit Debout ! Nous n’avons pas besoin de ces puissants pour nous émanciper, bien au contraire ! A vrai dire, ils dépendent de nous, ils ne peuvent qu’exister que parce que nous accordons de l’importance à ces imposteurs. Alors, le choix est clair : imposer notre règle du jeu, leur tourner le dos et leur faire un doigt d’honneur !

Ils ont les radios et les médias, nous, nous avons Nuit Debout ! Ils ne partagent pas l’espace médiatique, nous n’avons pas à partager nos assemblées populaires.

Ils voulaient nous faire subir leurs visions cauchemardesques et leur haine à longueur de journée à travers leurs émissions… ils vont désormais subir notre idéal et nos rêves pour une société solidaire, fraternelle où l’humain passe avant l’argent et où la solidarité passe avant les égoïsmes. Ce combat, s’impose partout, toujours ! Car comme le disait Etienne de La Boésie : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ».

Soyons réaliste, exigeons l’impossible ! Citoyens, debout ! Jusqu’à la victoire et au-delà !

AUCUN COMMENTAIRE