Résistance à Monsanto !

0
1 263 vues

monsanto-trade-mark

Tribune de Grégory Gennaro

La France présidera en décembre 2015 la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11).

Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, multiplie des entretiens avec la presse et défend son action gouvernementale et argumente ses positions et ses prises de décision dans le cadre de la politique de la France qui succédera à la Conférence sur le climat à la fin de l’année.

Dans un entretien à Canal plus, elle a affirmé attendre avec impatience le discours du Pape François, car elle considère que son message, au-delà de la religion, apporterait une spiritualité et une hauteur d’esprit à la politique globale entreprise contre le réchauffement de la planète.

Dans ce même entretien elle a abordé deux sujets : l’un médiatisé que l’on connait avec Nutella. Elle évoquait la situation sanitaire qu’engendrait la confection de Nutella sur la santé publique mais également sur l’environnement avec l’exploitation de l’huile de palme qui oblige de nombreuses terres à être défrichées et même saccagées dans le but d’implanter ces champs spécifiques.

Du coup, il faut le reconnaître, elle est moquée et son message dénaturé.

C’est peut-être aussi que le pot de Nutella cache autre chose de bien plus grave…

En effet, dans le même temps, elle a évoqué qu’elle souhaite interdire des produits agricoles, de jardinage et d’entretien, fabriqués par la société Monsanto.

Aujourd’hui, Ségolène Royal est la seule au sein du gouvernement à oser interdire les produits cancérigènes de Monsanto et elle est l’une des rares responsables politiques à alerter l’opinion publique sur ces dangers. Boycott et interdiction des produits de Monsanto en France, voilà qui est osé !

Bien entendu, une certaine presse et les lobbys se sont organisés pour lancer la contre-offensive et se servent de l’ « Affaire » Nutella pour discréditer aux yeux des Français Ségolène Royal.

Il n’en demeure pas moins que les positions prises par Ségolène Royal sont tout à fait louables, justes et relèvent tout simplement du bon sens à la fois pour la santé publique et pour la sécurité sanitaire.

Elle doit avoir tout notre soutien car elle est seule contre tous, et parce qu’elle fait preuve de courage et agit parfaitement en responsable politique.

Et ce « tous » est notre ennemi, à la fois à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle de la planète. Je dirais même à l’échelle de l’espace, puisque Monsanto s’apprête à investir dans les technologies de l’espace et la météorologie.

Au-delà des clivages politiques, des polémiques stériles, au-delà de son appartenance au gouvernement qui est critiquable et contestable, sur ce sujet qui est d’intérêt général, elle doit être soutenue et ce sujet doit être récupéré par les citoyens pour que la résistance à l’industrie du poison et de la mort s’organise et s’amplifie.

Il faut éveiller les consciences et alerter les Français pour que nous puissions collectivement faire barrage à ces groupes et ces lobbys mondialistes qui sèment la maladie, la désolation et la mort sur le passage de leurs produits.

Nous voulons revenir à une agriculture saine, raisonnable et de qualité, à une agriculture qui prend soin de notre terre, de notre planète, des paysans et des agriculteurs, de nos campagnes et villages, de nos terroirs et de nos frères humains.

Il en dépend tout simplement de l’avenir de l’humanité.

AUCUN COMMENTAIRE